Pour ce travail intitulé: IN SITU

 

Les lieux d'expositions sont choisis pour la plupart du temps dans un environnement muséal,  fréquenté par un public éclairé dont une fraction se compose de la classe dominante.

Une fraction qui porte  plus d'attention à ce qui plaît à ses compétences  esthétiques,  qu'à ceux qui sont à la  rue, qui cumule toutes les formes de richesses, habite  bon lui semble et, qui est prête à anéantir le monde, pour satisfaire le plus approprié à leur condition de reproduction....

 

 

Jean-Marc Hierholzer

 

Mon identité n’est pas nationale,

 

Nous vivons sur une seule planète commune à l’ensemble du vivant. L’être humain n’est qu’une parcelle de ce vivant et la seule espèce capable de scier la branche sur laquelle elle est assise.

Mon identité n’est pas nationale et le mode de vie occidental n’est pas davantage LE modèle universel,

Ce mode de vie fondé sur la consommation et l’illimitation est incompatible avec la survie de l’ensemble du vivant. Il soumet les êtres humains à une uniformisation des modes de vie et des schémas de pensée selon une vision binaire (du pour et du contre) sans changer pour autant de matrice, il conduit à la perte de sens et de la mesure, il détruit l’équilibre des écosystèmes, et il porte en lui « la guerre comme la nuée porte l’orage ».

Mon identité n’est pas nationale et la recherche de sens pour « vivre simplement afin que les autres puissent simplement vivre » passe par la désobéissance non violente et par l’élaboration par nous-mêmes de nos propres règles de vie commune, ici comme là-bas.

claude, Aix le 21 février 2016

 

 

Le refus de vote

  

 

Le refus de vote est un geste éminemment politique ; 

Le refus de vote ce n’est ni s’abstenir, ni voter blanc, ni voter nul.

 

Le refus de vote c'est n’en déplaisent aux bons citoyens, sortir des cases où de prétendus maîtres veulent nous enfermer, sortir d'une globalisation capitaliste où les lobbies des entreprises transnationales et des banques ont bien plus de poids que nos votes.

 

C'est aussi nous engager autour de choses simples et essentielles à la vie de chacun(e), de tous et de ce qui nous entoure, retrouver le sens de la mesure et de la décence pour « vivre simplement afin que les autres puissent simplement vivre » disait Gandhi. 

 

- s'auto organiser autour de la libre association

 

- construire avec les autres et avec ce qui nous entoure 

 

- explorer à nouveau les voies de l’autonomie et de   l’émancipation 

 

 

Et faire de la démocratie une affaire de tous.

 

Claude Aix-en-provence Le 7 12 2015

 

 

 

 

 

 

Suivez-nous sur twitter : @Acampadaix

 Bonjour chers compagnon(ne)s,

 

Puisqu’il faut faire « court »… au-delà des élections notre double refusde participer est un geste qui nous engage et nous oblige…

 

Nous ne sommes pas des abstentionnistes, vous ne nous enfermerez dans aucune de vos cases !

 

Nous refusons de participer plus longtemps aux jeux de dupesque sont les élections. Les élections n’étant qu’un épiphénomène servant de paravent dans le cadre de cette « démocratie représentative »érigée en modèle universel. « Modèle »imposéaux peuples du monde entier, par la force s’il le faut, au nomd’une soi-disant Raisondans le cadre de cette pensée hégémonique de l’Occident.

Lorsque cette « raison » n’entend plus battre le cœur de l’humanité et croit pouvoir passer au-dessus de toutes les limites, elle devient vide de senset n’est rien d’autre qu’une nouvelle religion.

 

Nous refusons également d’être plus longtemps complices de ce qu’apporte dans ses valises cette« démocratie représentative » :

-      son mode de viefondé sur le mal avoir(après l’esclavage, les colonisations dont celle de l’imaginaire, le pillage des ressources, des terres et des forets jusqu’à l’immigration « choisie », après la main d’œuvre lorsque l’Occident manquait de bras, est venu le temps de piller les cerveaux),

-      et son mode d’organisation d’une prétendue « société »fondée sur la sacralisation de la propriété et de la liberté individuelle (« seul(e) au monde je fais ce que je veux ; les autres et ce qui m’entoure me sont indifférents »), sur la consécration d’une nouvelle divinité : l’argent,et sur le primat de l’économique, sa financiarisation, son régime illimitéde la dette. Depuis la révolution industrielle l’étalon-or servait essentiellement de base au système monétaire international, puis vinrent les accords de Bretton Woods en juillet 1944, puis le 15 août 1971, suite au creusement du déficit dû à la guerre contre le peuple vietnamien, R. Nixon met fin à la convertibilité du dollar américain en or. A cette date la masse de dollars dans le monde atteignait 53 milliards de dollars, ce qui constituait cinq fois les stocks d’or du Trésor américain … Après le processus de dématérialisation de la monnaie, fondé sur notre confiance !,que représentent aujourd’hui les stocks d’or par rapport à la masse monétaire en circulation dans le monde ?

Cette dette n’est pas qu’économique, n’en déplaisent aux experts en tout genre, elle est également écologique(la nature étant aussi monétisée, elle est considérée comme une marchandise inépuisable sur une planète aux ressources pourtant finies), politique (la santé des marchés prenant le pas sur celle des êtres humains où les groupes de pression des entreprises transnationales, des banques,… ont bien plus de poids que l’expression des gens ordinaires),… 

Bref cette dette est anthropologique, la marchandisation de TOUT LE VIVANT met en péril le devenir de l’être humain, là-bas, ici, et de ce qui nous entoure.

« Nous avons abandonné la bouche qui parle au profit de la bouche qui mange ». Intolérant(e)s aux frustrations nous devenons dépendants aux consommations, et mieux encore si elles passent par la corde « gratuite » du crédit que nous nous mettons librement autour du cou pour mieux nous asservir. Après les écrans de télévision et des ondes ayant ouvert le temps de cerveau disponible, aujourd’hui l’emprise numérique envahi nos vies privées jusqu’à l’intime et atteint gravement et durablement notre psychisme. Isolé au milieu d’amis virtuels nous nous recroquevillons sur notre nombril, seul notre égo compte. Inondé par des connaissances nous ne savons plus les mettre en lien et perdons ainsi nos savoir-être, nos savoir-faire et notre pensée critique. Tout cela conduit à une vie vide de sens où il faut avancer(sans savoir où nous allons, ou en faisant mine de ne pas savoir préférant regarder de l’autre côté) et s’adapterau nom de la modernité, de l’innovation, du progrès infini jusqu’à la folie du transhumanisme et son « être » augmenté rempli d’artéfacts ayant perdu toute parcelle d’humanité.

 

Cette seconde raison ne peut pas, ne doit pas, être séparéede la première ; ce double refus nous engage et nous oblige.Fraternellement claude, le 11 avril 2015 

 

 


« Regarder, parler, se questionner, est le premier pas de ce mouvement, de vérité sans doute, de solitude et de danger certainement, qu’est la révolte car c’est de cela qu’il s’agit : l’homme n’existe que dans le refus de ce qui l’enferme dans l’ignorance et la soumission »

Boualem Sansal dans la préface de « L’homme de la colline »

« …, ce qui compte, c’est d’être vrai et alors tout s’y inscrit, l’humanité et la simplicité. » Albert Camus dans « L’envers et l’endroit »

 

Label qualité IV



L'original, c'est le modèle, c'est le vivant.


La peinture de portrait nous fait croire le contraire, que l'original ne serait qu'un agencement esthétique sur un support matériel et qui serait dû à l'efficacité et au talent d'un génie.


Le vivant serait donc remplacé, par des valeurs artistiques bonnes, justes et mesurables, en un objet purement illusoire dont la présence serait due à un statut absolu de l'art.


Ce serait un échec du vivant pour celui qui mange, boit, souffre, aime, vit et meurt, si on lui préférait un objet dont la vision apporterait un rapport plus élevé.


D'autant plus, avec un corps participant pleinement à la vie faite de malheur, de misère, de joie et de bonheur, de volontés aveugles, de promesses vaines et qui se trouve condamné à vivre jusqu'à son terme.


Mais en remplissant ce rôle d'original la peinture de portrait, procurerait par le plaisir, un indicateur de beauté pour y voir ce qui est concevable par la nature soit: des qualités pour être bien fait, avoir une peau saine, des jambes droites, des seins pour nourrir un enfant et des largeurs de hanche pour sa mise au monde.


Ainsi donc la peinture de portrait ne serait qu'un moyen de résoudre par la culture ce que la nature a dans ses desseins c. à d. de retransmettre nos gènes de mammifères en tant qu'espèce humaine.


Ce serait un art utile à la nature en rendant visible à l'esprit humain que notre physique est bien plus important que notre esprit.


PS Par conséquent si la nature pour sa survie et sa conservation, n’est pas en état de nous satisfaire, la culture s’en charge en recherchant ce qui lui est le plus salutaire.


Jean-Marc Hierholzer Mars 2015

JUIN 2014 A l'affiche à partir de 17H à Aix-en- Provence en bas du cours Mirabeau tous les mercredi.

 

 

1

 

 

Le tirage au sort est un moyen pour sortir de la professionnalisation de la vie politicienne actuelle, et en même temps de la représentation.

Bien entendu le tirage au sort ne règlera pas tout du jour au lendemain, et ne sera pas LE seul sésame de la démocratie, il permettra en tout cas de s’en approcher à nouveau.

 

2

 

 

Tirer au sort, au lieu d’élire, les membres de l'assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution, soumise ensuite à l’approbation de l’ensemble de la population, où chacun(e) est égal(e) à l’Autre, sera à n’en pas douter un début de cheminement vers la démocratie.

3

 

 

La constitution doit établir les limites du pouvoir.

Notre constitution a été écrite par des élus et par des Hommes exerçant le pouvoir et il y a conflit d'intérêt ; celui qui a le pouvoir ne doit jamais déterminer les limites de son pouvoir.

La constitution doit être écrite par le peuple et votée par lui

 

4

 

 

 

Quand on réalise que les partis ne servent qu'à gagner les élections, et que les élections ont toujours pour résultat de donner 100% du pouvoir politique aux plus riches, on n'a aucune peine à imaginer de s'en passer.

(Texte en italique : Etienne Chouard)

5

 

 

Le pouvoir n’est que « faire faire », c’est l’attribut qu’une minorité s’octroie au nom de titres à gouverner, naissance, argent, science, technique, expertise,…

La Politique c’est l’affaire de n’importe qui, et ça se construit au quotidien, là où nous vivons.

6

La définition de la politique des Anciens partait du vécu des gens, ils décidaient de ce qu’ils voulaient mettre en commun pour vivre ensemble et décidaient comment ils s’organisaient.



7

 

 

La procédure du tirage au sort est impartiale et équitable : elle garantit une justice distributive ( conséquence logique du principe d'égalité politique affirmé comme objectif central de la démocratie ).

(Texte en italique : Etienne Chouard)

8

La démocratiec’est la confrontation permanente des idéeset la coopération entre les êtres humainsafin de rétablir l’articulation irréductible entre le singulier et le commun.

Nous déciderons nous-mêmes de nos règles de vie que nous soumettrons à expérimentation ; de nos erreurs nous apprendrons, comme des expériences des autres, pour vivre simplement à nouveau ensemble, et avec la nature.

 9

Les politiques sont entre les mains des forces économiques qui contrôlent tout.

Et par conséquent ils sont incapables de se tourner vers les besoins du peuple qui les a élu.

Leurs promesses sont devenues de simples slogans publicitaires, afin de séduire le plus grand nombre et de remporter les élections.

10

 

 

La démocratie du grec ancien dēmokratía;

dêmos, c'est le ''peuple'' et krátos, cela veut dire le ''pouvoir'', c'est le régime politique dont le peuple est souverain.

Cela veut dire que c'est le peuple qui s’auto-gouverne.

 

 

11

 

 

A l'heure actuelle les jurés qui forment le jury de jugement des cours d'assises sont tirés au sort à partir de liste électorale.

C'est donc du peuple dont il s'agit, pas de quelque chose de nouveau mais de quelque chose qui est organisé par des lois et dont l'exercice continue.

 

 

12

 

Donc, du point de vue de la TAILLE, la comparaison entre communes et cité grecque tient parfaitement debout.

Et pour les problèmes politiques qui requièrent la grande échelle (et pour eux seuls), on peut faire travailler ensemble les communes avec une technique bien connue qui s'appelle la FÉDÉRATION,...

longuement testée et rôdée : nous ne sommes pas du tout là en terres inconnues.

(Texte en italique : Etienne Chouard)

 

 

 

2014 Toujours à Aix tous les mercredi à 17H RDV en bas du cours Mirabeau 

Aix le 8 Décembre 2013 

à propos de ce que je pense du  mécénat:

 

Label qualité

 

 

Le mécénat qui par le passé s'est pratiqué par la religion et par le pouvoir royal, se réinvente une continuité historique, afin de s'attribuer des privilèges en tant que soutien financier, dans un monde à la gloire du capitalisme.

 

Il s'agit d'une démarche qui à travers son usage sert à acquérir du prestige, en traitant lart comme un moyen comme un autre.

 

L'art devient de cette sorte une affaire de collaboration entre mécène et artiste afin dassurer a ce dernier une réputation pour la diffusion commerciale de ses œuvres.

 

Celui-ci (le mécène) peut ainsi poursuivre ses besoins fondamentaux c.à.d.: contrôler haut la main les succès dexposition tout en écartant des artistes qui ne sont plus alors libres de s'exprimer.

 

Et en créant ce champ académique ou l'argent fait autorité, cela lui permet, en exhibant ses artistes empressés à le servir, de continuer à faire croire aux effets bénéfiques du capitalisme.

 

Jean-Marc Hierholzer Plasticien

 

Aix Réelle Démocratie

  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Aix le 15 septembre 2013

 

Pour nous la Politique part de ce qui nous affecte au quotidien là où nous vivons, c’est pour cela que nous voulons réinterroger la définition qu’en donnaient les Anciens :

« La Politiquec’est l’art de vivre ensemble et l’usage des communs ».

 

Que voulons-nous mettre en commun aujourd’hui pour vivre à nouveau ensemble ?

 

Comment allons-nous nous organiser pour faire par nous-mêmes et redonner sens à nos existences?

 

C’est pour cela que nous réinterrogeons l’idée de démocratie : « démos » : peuple et « kratos » : pouvoir.

Or le pouvoir n’est que « faire faire », c’est l’attribut qu’une minorité s’octroie avec notre soumission volontaire en participant aux cirques électoraux et en déléguant, un jour, une fois tous les cinq/six ans !

 

Nous, les gens ordinaires, refusons le pouvoir, nous voulons retrouver notre puissance d’agir, de penser et de créer à nouveau. « Faire par nous-mêmes » c’est s’émanciper et redevenir acteurs/trices et mieux auteur(e)s de nos vies.

 

Rencontrons-nous sur la place publique le mercredi à partir de 17 heures à la Rotonde au bas du Cours Mirabeau au pied de la statue des Arts et Métiers.

 

Aix le 15 septembre 2013

 

Pour nous la Politique part de ce qui nous affecte au quotidien là où nous vivons, c’est pour cela que nous voulons réinterroger la définition qu’en donnaient les Anciens :

« La Politiquec’est l’art de vivre ensemble et l’usage des communs ».

 

Que voulons-nous mettre en commun aujourd’hui pour vivre à nouveau ensemble ?

 

Comment allons-nous nous organiser pour faire par nous-mêmes et redonner sens à nos existences?

 

C’est pour cela que nous réinterrogeons l’idée de démocratie : « démos » : peuple et « kratos » : pouvoir.

Or le pouvoir n’est que « faire faire », c’est l’attribut qu’une minorité s’octroie avec notre soumission volontaire en participant aux cirques électoraux et en déléguant, un jour, une fois tous les cinq/six ans !

 

Nous, les gens ordinaires, refusons le pouvoir, nous voulons retrouver notre puissance d’agir, de penser et de créer à nouveau. « Faire par nous-mêmes » c’est s’émanciper et redevenir acteurs/trices et mieux auteur(e)s de nos vies.

 

Rencontrons-nous sur la place publique le mercredi à partir de 17 heures à la Rotonde au bas du Cours Mirabeau au pied de la statue des Arts et Métiers.

 

Aix le 15 septembre 2013

 

Pour nous la Politique part de ce qui nous affecte au quotidien là où nous vivons, c’est pour cela que nous voulons réinterroger la définition qu’en donnaient les Anciens :

« La Politiquec’est l’art de vivre ensemble et l’usage des communs ».

 

Que voulons-nous mettre en commun aujourd’hui pour vivre à nouveau ensemble ?

 

Comment allons-nous nous organiser pour faire par nous-mêmes et redonner sens à nos existences?

 

C’est pour cela que nous réinterrogeons l’idée de démocratie : « démos » : peuple et « kratos » : pouvoir.

Or le pouvoir n’est que « faire faire », c’est l’attribut qu’une minorité s’octroie avec notre soumission volontaire en participant aux cirques électoraux et en déléguant, un jour, une fois tous les cinq/six ans !

 

Nous, les gens ordinaires, refusons le pouvoir, nous voulons retrouver notre puissance d’agir, de penser et de créer à nouveau. « Faire par nous-mêmes » c’est s’émanciper et redevenir acteurs/trices et mieux auteur(e)s de nos vies.

 

Rencontrons-nous sur la place publique le mercredi à partir de 17 heures à la Rotonde au bas du Cours Mirabeau au pied de la statue des Arts et Métiers.

 

Aix le 15 septembre 2013

 

Pour nous la Politique part de ce qui nous affecte au quotidien là où nous vivons, c’est pour cela que nous voulons réinterroger la définition qu’en donnaient les Anciens :

« La Politiquec’est l’art de vivre ensemble et l’usage des communs ».

 

Que voulons-nous mettre en commun aujourd’hui pour vivre à nouveau ensemble ?

 

Comment allons-nous nous organiser pour faire par nous-mêmes et redonner sens à nos existences?

 

C’est pour cela que nous réinterrogeons l’idée de démocratie : « démos » : peuple et « kratos » : pouvoir.

Or le pouvoir n’est que « faire faire », c’est l’attribut qu’une minorité s’octroie avec notre soumission volontaire en participant aux cirques électoraux et en déléguant, un jour, une fois tous les cinq/six ans !

 

Nous, les gens ordinaires, refusons le pouvoir, nous voulons retrouver notre puissance d’agir, de penser et de créer à nouveau. « Faire par nous-mêmes » c’est s’émanciper et redevenir acteurs/trices et mieux auteur(e)s de nos vies.

 

Rencontrons-nous sur la place publique le mercredi à partir de 17 heures à la Rotonde au bas du Cours Mirabeau au pied de la statue des Arts et Métiers.

 

Aix le 15 septembre 2013

 

Pour nous la Politique part de ce qui nous affecte au quotidien là où nous vivons, c’est pour cela que nous voulons réinterroger la définition qu’en donnaient les Anciens :

« La Politiquec’est l’art de vivre ensemble et l’usage des communs ».

 

Que voulons-nous mettre en commun aujourd’hui pour vivre à nouveau ensemble ?

 

Comment allons-nous nous organiser pour faire par nous-mêmes et redonner sens à nos existences?

 

C’est pour cela que nous réinterrogeons l’idée de démocratie : « démos » : peuple et « kratos » : pouvoir.

Or le pouvoir n’est que « faire faire », c’est l’attribut qu’une minorité s’octroie avec notre soumission volontaire en participant aux cirques électoraux et en déléguant, un jour, une fois tous les cinq/six ans !

 

Nous, les gens ordinaires, refusons le pouvoir, nous voulons retrouver notre puissance d’agir, de penser et de créer à nouveau. « Faire par nous-mêmes » c’est s’émanciper et redevenir acteurs/trices et mieux auteur(e)s de nos vies.

 

Rencontrons-nous sur la place publique le mercredi à partir de 17 heures à la Rotonde au bas du Cours Mirabeau au pied de la statue des Arts et Métiers.

 

Nous sommes toujours là

________________________

Chaque mercredi vers 17 h 30 en bas du cours Mirabeau

Bien que le site soit en sommeil depuis quelques temps, nous sommes toujours là.
Nous nous retrouvons chaque mercredi vers 17 heures 30 sur la place des indignés sous notre banderole Aix Réelle Démocratie en bas du cours Mirabeau.
Nous avons recréé une zone d'expression libre pour interpeller les passants et discuter avec eux.
Nous réfléchissons ensemble pour construire une alternative démocratique à la "démocratie" qu'on nous veut nous vendre (nous faisant passer du statut de citoyen à celui de consommateur).

Nous combattons ce gouvernement soumis à la dictature financière comme nous avons combattu le précédent, et nous contestons  cette forme de pouvoir d'où le peuple est exclu.
Et surtout, nous combattons la résignation et l'apathie générale.
Nous sommes en résistance contre le capitalisme et la tyrannie des marchés, et nous pensons qu'il est urgent de proposer une réelle alternative citoyenne, car nous craignons que ceux qui ont cru en Hollande ne se tournent vers l'ump et le fn et avoir un scénario à la hongroise où les partis traditionnels discrédités ont ouvert la voie à un régime fascisant.
Nous n'avons pas de solution "clé en mains" car nous pensons que l'alternative doit se nourrir de l'intelligence collective.
Il nous faut réfléchir ensemble et également trouver des solutions concrètes à notre échelle.

Il faut penser à se réapproprier l'espace public et imaginer des formes de contestation


La démocratie directe ne peut pas, selon nous, fonctionner avec un nombre restreint de citoyens, nous ne sommes pas repliés sur nous-mêmes.
Nous vous invitons à nous rejoindre pour discuter ensemble et faire grandir le mouvement de résistance en dehors des partis politiques, des syndicats et des associations.
La démocratie réelle s'exerce à petite échelle, cependant les problèmes sont globaux, nous devons donc nous fédérer, pas forcément de façon formelle, avec les mouvements d'indignés d'autres villes, et d'autres mouvements alternatifs pour des actions de plus grande envergure comme le soutien à tous les opposants et les résistants pour construire ensemble un nouveau monde avec les propositions dont nous débattrons.


Retrouvons nous et discutons ensemble.

A bientôt



Tchernobyl day - Aix-en-Provence - jeudi 26 avril - 17h00
Rassemblement devant le Palais de Justice, pour un Hommage aux Liquidateurs (militaires, mineurs, envoyés sur le front de Tchernobyl) et aux victimes de ce qui aurait dû rester la dernière catastrophe nucléaire.rnDrapeaux No nuke et badges Stop Iter de rigueur...
Aix en Provence (13) - FR
Palais de JusticernPlace de Verdunrn13100 Aix en Provence
26 avril 2012 - 17h00

http://www.chernobyl-day.org/spip.php?page=affichage-actions-pays&pays=FR&lang=fr

S'inscrire à l'événement sur facebook : 
https://www.facebook.com/events/396596227037930/

Faites des possibles ! Devenons des bâtisseurs ! Dimanche 6 mai - 14h00 - Rotonde

Nous les Bâtisseurs, appelons les habitants du bassin de vie aixois, à faire vivre cette journée de nos arts, de nos rêves et de nos sourires. Nous appelons tous ceux partageant le désir d'une société paisible et aimante à converger, se rencontrer et partager afin de lier nos efforts et nos espérances pour donner forme à nos utopies réalistes ! Faisons de cette journée la victoire d'un peuple, notre renaissance. Arborons notre plus belle humanité et tournons la page de ces tristes années. Soyons ce tremplin vers une réconciliation, vers l'unité des citoyens de France et avec ceux du monde qui attendent patiemment notre levé !
Faisons par nos initiatives individuelles et collectives cette grande fête de la créativité et ouvrons les possibles, forgeons les bases de l'unification des forces sociales et alternatives. Ils nous appartient de rayonner positivement et d'en propager cette vibration d'espoir et d'amour. Vos sourires valent mille drapeaux ! Ils nous appartient de multiplier les événements et les thèmes. We are légion! We are the 99%
By Anonymous, for réal démocratia ya! 
Pour une réelle démocratie à Aix-En-Pce.

S'inscrire à l'événement sur facebook : 
https://www.facebook.com/events/208633695917129/

 

#12M - Changement Global - Partout dans le monde -

Marseille, Aix-en-Provence, Toulon et Avignon 

Mobilisation au Vieux Port à Marseille

OCCUPONS LE VIEUX PORT SAMEDI 12 MAI : 12H12M Quai de la Fraternité !

Départ collectif d'Aix à 11h de la rotonde à la statue des arts et de l'industrie et retour collectif pour 18h ou un rassemblement à Aix sera tenu. Cuisine festive et soirée créative musicale et occupation artistique du lieu jusque tard dans la nuit!

 

Troisième rencontre avec les habitant-e-s du quartier du Jas

 

Samedi 31 mars 2012

 

Place des Dauphins, près du centre social des Amandiers

 

Qui sommes-nous ?

 

Des gens comme vous, nous sommes toutes et tous différents et en même temps égaux. Chacun-e à sa place apporte sa part pour faire ensemble, par nous-mêmes, et de façon non violente.

 

Pourquoi voulons-nous aller à la rencontre des habitant-e-s ?

 

Nous voulons recueillir la parole des gens (et ne pas parler à leur place), à partir de ce que nous avons sur le cœur et de ce qui nous fait vibrer.

 

Nous voulons réapprendre à nous parler, nous enrichir de nos différences, construire des ponts et faire vivre notre parole.

 

Nous voulons sortir de la protestation, retrouver notre dignité, parce que nous voulons vivre ensemble dans une société riche en humanité.

 

 

Cette journée sera ce que nous en ferons individuellement et collectivement.

 

 

A partir de 9 heures, préparation sur place du couscous végétarien solidaire et installation des tables et chaises prêtées par le centre social des Amandiers,…

 

De 11 heures à 13 heures, tables rondes à partir des sujets vidéo qui auront émergés de l’enquête auprès de vous réalisée avec la télé participative d’Anonymal.

 

A partir de 13 heures, partage du repas et pour nous mettre en bouche le sketch de « la poule aux œufs d’or » que nous contera Bérengère à propos des enjeux cachés de ce que l’on appelle la « dette » des états avec l’aide d’Attac, musique et festivités à votre bon cœur…

 

A partir de 15 heures, restitution des tables rondes et micro ouvert… pour faire ensemble, musique, festivités ouvertes…

 

Rencontre co-organisée par Aix Démocratie Réelle Maintenant, Anonymal, Attac, ATMF, le centre social des Amandiers, TRAFIC D’ARTS II, Radio Zinzine,…

 


Pensez à apporter vos couverts afin d'éviter le gaspillage du tout jetable, un dessert et une boisson si le cœur

vous en dit !


 

Faisons le monde dont nous rêvons !

 

 

 

Retrouvons nous nombreux cet après-midi, samedi 17 mars, à 15 heures

à la Rotonde statue des arts décoratifs et de l'industrie !

 

Assemblée populaire « Aix Démocratie Réelle Maintenant »


  

 Ordre du jour :  

 

1) Organisation du 31 mars (détails de la journée voir plus bas)

Troisième rencontre avec les habitant-e-s du quartier du Jas

Samedi 31 mars 2012

Place des Dauphins, près du centre social des Amandiers, Jas de Bouffan

- Après la série d’entretiens (vidéo palier et sondage), organisation des tables rondes

- Mise en forme de la parole recueillie jusqu’à maintenant

- Mise à jour du document « ce que nous refusons, ce que nous voulons »


 2) Coopérative d’entraide


3) Mobilisation anti gaz de schiste Dimanche 8 avril à la Seyne sur Mer


4) Mobilisation anti nucléaire le 26 avril, 26 ans après la catastrophe de Tchernobyl

 

 

 

Organisation de la journée du Samedi 31 mars :

Troisième rencontre avec les habitant-e-s du quartier du Jas

Samedi 31 mars 2012

Place des Dauphins, près du centre social des Amandiers

Qui sommes-nous ?

Des gens comme vous, nous sommes toutes et tous différents et en même temps égaux. Chacun-e à sa place apporte sa part pour faire ensemble, par nous-mêmes, et de façon non violente.

Pourquoi voulons-nous aller à la rencontre des habitant-e-s ?

Nous voulons recueillir la parole des gens (et ne pas parler à leur place), à partir de ce que nous avons sur le cœur et de ce qui nous fait vibrer.

Nous voulons réapprendre à nous parler, nous enrichir de nos différences, construire des ponts et faire vivre notre parole.

Nous voulons sortir de la protestation, retrouver notre dignité, parce que nous voulons vivre ensemble dans une société riche en humanité.

Cette journée sera ce que nous en ferons individuellement et collectivement.

A partir de 9 heures, préparation sur place du couscous végétarien solidaire et installation des tables et chaises prêtées par le centre social des Amandiers,…

De 11 heures à 13 heures,tables rondes à partir des sujets vidéo qui auront émergés de l’enquête auprès de vous réalisée avec la télé participative d’Anonymal.

A partir de 13 heures, partage du repas et pour nous mettre en bouche le sketch de « la poule aux œufs d’or » que nous contera Bérengère à propos des enjeux cachés de ce que l’on appelle la « dette » des états avec l’aide d’Attac, musique et festivités à votre bon cœur…

A partir de 15 heures, restitution des tables rondes et micro ouvert… pour faire ensemble, musique, festivités ouvertes…

Rencontre co-organisée par Aix Démocratie Réelle Maintenant, Anonymal, Attac, ATMF, le centre social des Amandiers, TRAFIC D’ARTS II,…

 

 

Samedi 3 mars à partir de 13h : MARCHE ET FAITES DES POSSIBLES

13h : Carnaval et journée culturelle libre
Ramenez votre meilleur déguisement, du bruit et du cœur !!!
En bas du cours Mirabeau, proche rotonde !

17h : Marche festive et musicale vers le Pont de l’Arc pour aller à la rencontre des marcheurs marseillais.

19h : Présentation de la Marche des Possibles vers Paris.

19h30 : Présentation des projets du bassin de vie aixois.
Agora, CSA, monnaie complémentaire, café associatif, média libre, etc

20h : Cuisine solidaire auto-gérée et repas partagé.

21h : Jonglage, bal trad orchestre libre etc….

Nous appelons tous les êtres désireux de replacer l’humain et la terre avant l’économie à faire vivre librement cette journée en présentant leurs projets, leurs rêves et leurs désirs.
Nous invitons tout artiste de tout bord, professionnels ou non, collectifs et associations à venir présenter ce qu’ils font et à faire vivre l’espace de cohésion sociale, en son seul lieu légitime et transparent :
LA RUE

PS : Politiciens et religieux sont priés de venir sans drapeau ni tract, en citoyens libres et égaux, pour un peuple indivisible ! Fraternellement !

En nous souhaitant la plus belle révolution culturelle des consciences !

D’où venons-nous ?

 

Du printemps des peuples arabes à « Democratie Real Ya » du 15 mai (15M) en Espagne en passant par « Occupy Wall Street » le mouvement dit                     des « Indigné-e-s » essaime à travers le monde… jusqu’à Aix

Parce que partout nous voulons sortir de la logiqueoù l’argent, la finance, le productivisme aliènent les êtres humains et les réduisent à des marchandises, détruisent nos écosystèmes et mettent en cause le devenir des jeunes générations et des suivantes…

Parce que le toujours plus n’est pas mieux et parce que « l’avoir » nous fait perdre « l’être » et nos « savoirs faire » dans cette société du jetable. Face à cette globalisation uniforme mortifère nous voulons retrouver nos racines, la décence, les limites à travers une sobriété joyeuse et réapprendre à se parler pour renouer les liens qui seuls libèrent.

 

Comment nous définir ?

 

Nous sommes un mouvement horizontal, où il n’y a ni chef, ni porte parole, où chacun(e) est différente et où chacun(e) a sa place

 

Nous sommes vous et ensemble nous sommes les 99%, nous n’avons pas « la solution », ni « le programme clé en main », ni de « schéma pré établi ».

 

Nous agissons dans une démarche ascendante non violente pour penser à nouveau « le faire ensemble ». Nous le ferons à travers des débats contradictoires parce que les 99% ne sont pas un bloc monolithique et parce que différent(e)s nous sommes égaux.

Nous le ferons à partir de « ce n’est pas ta solution, ce n’est pas davantage la mienne » mais ensemble discutons sur un pied d’égalité pour trouver un point d’équilibre que nous mettrons à nouveau en ex(s)périmentation… 

 

Nous construirons ainsi notre chemin en marchant et sur la durée, à partir de ce qui nous affecte au quotidien dans notre immeuble, nos quartiers, nos lieux de travail, nos précarités, notre cité…

 

Nous voulons vaincre les peurs et les représentations dues au formatage des esprits pour aller à la rencontre de l’Autre, pour accueillir/recueillir sa parole et la faire vivre ensemble, parce qu’aucune culture n’est supérieure à l’autre nous voulons faire vivre le métissage. Ces différences sont sources de vie et permettent, ensemble, de libérer nos potentialités et notre puissance d’agir pour faire par nous-mêmes.

 

Nous voulons relever la tête, retrouver notre dignité, prendre le temps de rêver, de créer pour faire autrement et autre chose, pour redonner sens à nos vies parce que nous aimons la vie

Nous nous situons dans une logique de partage, de coopération, de gratuité, d’échange sur un pied d’égalité, de proximité, d’écoute, de liberté,…

Nous voulons nous auto-organiser, nous réapproprier l’espace public et nos affaires au quotidien. Cette réappropriation collective est fondée sur l’usage, l’entretien et la restitution, puisque nous ne sommes que de passage, soyons des passeurs/ses !

 

Sur ces fondations partagées nous reconstruirons notre maison commune et nos communs

Un toit c’est un droit, comme celui de se nourrir sainement et de proximité, de vivre dignement de son travail/activité, de vivre en bonne santé physique et psychique, et lorsque cela devient nécessaire celui de se soigner selon « de chacun selon ses possibilités, à chacun selon ses besoins », celui d’aller à l’école pour se forger un esprit critique, de se cultiver, celui d’avoir accès gratuitement pour les besoins de base à l’eau, aux transports, à l’énergie,… et aussi celui de se réunir, de débattre, de construire et de porter ensemble les possibles…

 

Nous ferons vivre la démocratie dans le cadre d’un mouvement par essence jamais fini, parce qu’elle est fragile, sans cesse en danger, toujours en devenir, elle doit être l’affaire des 99%. Notre émancipation, individuelle et collective, en est le point d’appui et le levier. L’égalité son principe

 

Qu’avons-nous fait ?

 

La cuisine solidaire et auto organisée à partir des produits de proximité fournis par des agriculteurs qui travaillent en culture biologique et autour de celle-ci nous voulons mettre en place une coopérative d’entraide car il s’agit de faire vivre concrètement notre solidarité, ainsi qu’une monnaie locale : « l’allumette ».

Nous continuerons, avec vous, à aller à la rencontre des gens dans les quartiers pour faire vivre ensemble la parole d’en bas et (re)faire une société humaine, et aussi devant différents lieux après « Pôle emploi », la CAF, les centres de sécurité sociale,…

 

Nous avons inscrit samedi 21 janvier dernier « le revenu INCONDITIONNEL d’existence » parmi le « ce que nous voulons » de notre mouvement parce qu’il est une pierre essentielle dans une démarche d’émancipation des êtres humains d’ici et de là-bas…

 

Cela et le reste nous le ferons ensemble…

 

Réunissons-nous le mercredi à partir de 17 heures et le samedi à partir de 15 heures au bas du Cours Mirabeau devant la statue des Arts et de l’Industrie

Nos décisions sont prises en Assemblée Populaire

Le manifeste des Indignés espagnols

 

Manifeste de ’Democracia Real Ya !’


Nous sommes des personnes normales et ordinaires. Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, pour travailler ou pour chercher du travail, des personnes qui ont une famille et des amis. Nous travaillons dur tous les jours pour vivre et donner un futur meilleur à ceux qui nous entourent. Certains d’entre nous se considèrent progressistes, d’autres plus conservateurs. Croyants ou non, avec des idéologies bien définies, ou apolitiques. Cependant nous sommes tous préoccupés et indignés par le contexte politique, économique et social qui nous entoure, par la corruption des politiciens, des chefs d’entreprises, des banquiers… par le manque de défense du citoyen. Cette situation nuisible au quotidien, peut être changée si nous nous unissons. Il est temps de se mettre en marche, de construire ensemble une société meilleure. Pour cela nous soutenons fermement ce qui suit :

- Les priorités de toute société avancée doivent être l’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, l’épanouissement, le bien-être du citoyen.

- Il existe des droits fondamentaux qui devraient être couverts dans ces sociétés tels que le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation à la vie politique, au libre développement personnel ainsi que le droit à la consommation des biens nécessaires pour mener une vie saine et heureuse.

- L’actuel fonctionnement de notre système économique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et représente un obstacle pour le progrès de l’humanité.

- La démocratie part du peuple (dêmos=peuple ; kratos=le pouvoir) et dans cette optique le gouvernement doit naitre du peuple. Toutefois, dans ce pays, la majorité de la classe politique ne nous écoute pas. Alors que ses fonctions devraient être celles de porte- paroles de nos revendications auprès des institutions, en permettant la participation politique des citoyens au moyen de voies directes procurant ainsi un meilleur bénéfice pour l’ensemble de la société, nous assistons à un enrichissement et à leur prospérité à nos dépens.

- Le besoin irrépressible de pouvoir de certains d’entre eux provoque une inégalité, de la crispation et de l’injustice, ce qui conduit à la violence que nous rejetons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et antinaturel bloque la machine sociale et la convertit en une spirale qui se consume en enrichissant quelques-uns et en plongeant dans la pauvreté et la pénurie les autres. Jusqu’à l’effondrement.

- La volonté et la finalité du système est l’accumulation d’argent, la plaçant au-dessus de l’efficacité et le bien-être de la société. En gaspillant des ressources, détruisant la planète, produisant du chômage et des consommateurs malheureux.

- Les citoyens font partie de l’engrenage d’une machine destinée à enrichir une minorité qui ignore tout de nos besoins. Nous sommes anonymes, mais sans nous, rien de ceci n’existerait parce que nous faisons bouger le monde.

- Si comme société nous apprenons à ne pas confier notre futur à une rentabilité économique abstraite qui n’est jamais favorable à la majorité, nous pourrons éliminer les abus et les manques dont nous souffrons tous.

Une Révolution Morale est nécessaire. Nous avons mis l’argent au-dessus de l’Être Humain alors que nous devrions le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, non des produits du Marché. Je ne suis pas seulement ce que j’achète, pourquoi et à qui je l’achète.

Pour tout ce qui précède, je suis indigné.

Je crois que je peux le changer.

Je crois que je peux aider.

Je sais qu’unis nous pouvons.

Sors avec nous. C’est ton droit.

Manifeste des Indignés aixois


Le 15 mai 2011 sur la puerta del sol de Madrid a commencé un surprenant mouvement citoyen réclamant une démocratie réelle maintenant. Partout dans le monde des citoyens indignés ont pris en exemple le mouvement espagnol pour se mobiliser contre la dictature financière. Ici, à Aix en Provence, c'est le 29 mai qu'a débuté notre mobilisation à l'initiative de quelques étudiants. Depuis cet été certains d'entre nous ont entretenu la flamme de l'indignation pour que, l'automne venu, l'expression citoyenne dispose à nouveau d'un lieu où chacun se sente légitime à prendre la parole. Notre objectif n'est pas de nous constituer en parti politique mais de lancer un grand mouvement de libération des esprits car nous sommes dominés dans nos besoins et nos désirs, dans nos pensées et l'image que nous avons de nous mêmes. Il s'agit donc de provoquer chez tous les indifférents et résignés une prise de conscience sur la véritable nature de notre régime politique et de notre système économique, générateurs d'inégalités. Le mouvement souhaite travailler à travers des actions citoyennes, toujours avec des méthodes pacifiques, pour insuffler cet élan émancipateur indispensable à une sortie civilisée du capitalisme. Se soulever contre les lois du marché c'est rompre la fatalité de l'individualisme et de la compétition, c'est aussi vaincre la peur ; peur de l'autre, peur du changement et du chaos. Il y a toujours une alternative, à nous de l'imaginer, à nous de la construire. Cette alternative a un nom : démocratie réelle. C'est à dire une société où les citoyens voient, comprennent et maîtrisent l'aboutissement de leurs actes. Nous voulons retrouver notre capacité à déterminer ensemble nos besoins et la manière de les satisfaire, pour cela nous devons nous émanciper de l'emprise qu'exerce le capital sur la consommation et de son monopole sur les moyens de production. En l'état actuel, le seul lieu légitime pour exercer la démocratie réelle ne peut et ne doit être que la rue.

Nous réclamons l'abolition des privilèges politiques et économiques :

  • ·        limitation à un mandat et non cumul
  • ·        fin des passe-droits, des « dynasties familiales » et des paradis fiscaux
  • ·        contrôle citoyen et possibilité de révocation
  • ·        un pourcentage de tirage au sort dans toutes les assemblées
  • ·        réappropriation des moyens de production et de distribution
  • ·        une réforme du droit de propriété pour qu'il ne soit plus le droit d'accumuler
  • ·        fin de la course à la productivité et partage des richesses produites
  • ·        institution d'une règle d'or : réduction du temps de travail et un travail pour tous
  • ·        le respect de l’environnement et du vivant, limitation de la pollution
  • ·        favoriser les transports en commun, l’inaccessibilité des centres villes et villages aux voitures et camions 
  • ·        la sortie du nucléaire
  • ·        la transparence de l’information, stop à la manipulation de masse et individuelle
  • ·        une justice égale pour tous
  • ·        l’abondance est-elle synonyme d’argent ? Ou plutôt de partage, de créativité, de temps, permettant notre épanouissement et nous enrichissant mutuellement ?

Arrêtons de vendre nos vies et produisons de la vie.

Tous les soirs de 18h à 20h rejoignez-nous au bas du cours Mirabeau pour construire ensemble notre avenir commun.

 

 

Rassemblements tous les mercredis à 17h en bas du cours Mirabeau

Suivez-nous sur Facebook